Comment mettre un mala au poignet ?

Comment mettre un mala au poignet ?

Lorsque l’on décide d’acquérir un collier mala, il est bon de se renseigner sur l’origine et les qualités de ce dernier, afin de pouvoir s’en servir au mieux, surtout dans le cas où nous choisissons un mala fait de pierres naturelles, qui ont chacune leurs propres énergies vibratoires.

Car au-delà de son esthétique aussi cool que raffinée, le collier mala est donc bénéfique à notre bien-être, tout comme il est l’accessoire indispensable à toute méditation zen. Mais au fait, comment porte-t-on un collier mala ? Est-il si facile de se l’enrouler autour du poignet ?

Un collier toujours composé de 108 perles

Qu’on les nomme colliers tibétains, lorsqu’ils sont conçus avec des perles de bois ou des graines de rudraksha, ou plutôt colliers bouddhistes, quand ils sont composés de pierres naturelles semi-précieuses, ce sont tous des colliers mala.

Et les perles, graines ou pierres qui les composent sont toujours au nombre de 108, ce qui les rend sacrés, puisque le nombre 108 est en totale relation avec Bouddha et les textes religieux du bouddhisme et de l’hindouisme.

Les colliers mala sont à la base originaires d’Inde ancestrale, du reste mala se traduit par « guirlande de perles » en sanskrit, langage indien courant il y a près de 3000 ans.

Puis ils se sont exportés à travers toute l’Asie, pour devenir le chapelet de tous les moines de ces contrées, acquises à la religion et philosophie de vie bouddhiste.

Et ce n’est que depuis la fin des années 80, alors que le tourisme mondial s’est développé de façon vertigineuse, que les occidentaux se sont mis à s’intéresser au bouddhisme, au travers du yoga et de la pensée méditative. De fait, ils ont aussi intégré le fameux collier mala, dans leur quotidien.

L’utilisation du mala en méditation

Il faut savoir que durant les prières bouddhistes, on récite des chants nommés mantras. Ces derniers sont généralement interprétés sur un ton grave et monotone et ne se composent que d’1 mot ou d’1 courte phrase, dans les cas les plus courants.

Mais quels que soient ces mantras, ils sont toujours récités 108 fois, dans le but de rendre la prière la plus efficace possible. 108, c’est aussi le nombre de perles contenues au sein d’1 collier mala, c’est pourquoi ce dernier, au-delà du côté spirituel qu’il apporte à son possesseur, va aussi lui être d’une aide tactique.

En effet, en tenant son mala dans sa main gauche, la personne concernée va faire passer chacune des 108 perles entre son index et son pouce, le temps de la récitation d’un mantra. C’est-à-dire qu’à chaque nouvelle perle passée entre ses doigts, le mantra est récité une fois de plus.

De sorte, qu’au bout des 108 perles, quand la perle plus grosse nommée Guru est entre ses doigts, cette personne est assurée d’avoir bien récité son mantra 108 fois.

Il faut savoir aussi que durant ces récitations, une énergie vibratoire découlant de la voix va se diffuser au sein de chacune des perles, pour la charger en fluide énergétique des plus bénéfiques spirituellement parlant. Le mala est ainsi utilisé durant une méditation, mais qu’en est-il du port du collier mala au quotidien ?

Comment porter un mala à son poignet ?

On voit de nos jours les colliers mala portés par de très nombreuses personnes, autant en Asie que dans nos contrées occidentales. Le but n’est pas toujours la méditation, puisqu’ils sont aussi appréciés pour leur esthétique, aussi stylée que décontractée. A tel point qu’il est devenu un bijou très tendance.

Mais comment porter ce collier de 108 perles, sans qu’il nous encombre tout au long d’un journée ? Tout d’abord, puisque c’est un collier, certain(e)s font l’effort de le porter pendu autour de leur cou, à la manière traditionnelle des moines bouddhistes. Mais cela peut choquer visuellement car il est très voyant, et surtout il peut être tout aussi gênant que pesant à la longue.

C’est pourquoi, beaucoup d’autres préfèrent l’enrouler sur plusieurs tours autour d’un de leurs poignets. Généralement 4 ou 5 tours suffisent pour que le collier mala soit bien en place, ce qui donne un aspect esthétique hautement chargé en spiritualité, mais aussi en « cool attitude » à la limite du mouvement hippie.

Alors, pour celles et ceux qui ne se voient guère porter un si volumineux collier façon bracelet, il existe aujourd’hui de nombreux bracelets mala faits de 19 ou 21 perles ou pierres naturelles semi-précieuses.

Plus pratiques à porter sur soi au quotidien, et tout autant bénéfiques à notre bien-être émotionnel surtout dans le cas de minéraux, ils n’ont cependant plus la même utilisation lors d’une méditation.

L’importance du port du mala au quotidien

Il est principal de l’enlever pour dormir, pour prendre une douche ou encore pour pratiquer une activité physique.

Mais, il est important de porter notre mala le plus possible au quotidien, afin de pouvoir bénéficier des ses nombreuses vertus bénéfiques à notre bien-être mental et émotionnel.

Peu importe qu’il pende à notre cou ou qu’il soit enroulé autour de notre poignet, l’important est que ses pierres naturelles de soins soient au contact de notre peau.

Car, c’est ainsi qu’elles vont diffuser en nous l’énergie vibratoire qu’elles ont elles-mêmes emmagasinée, au travers de nos chakras. Ainsi, suivant le modèle des pierres, elles vont rééquilibrer ces derniers.

Par ailleurs, leur énergie est propice à une concentration et à des activités cérébrales plus développées, une confiance en soi et un courage multipliés, et des moments d’angoisses et de doutes moins intenses.

Pour finir, malgré ce qu’en pensent certains, il n’y a pas vraiment de règles très précises sur le port d’un mala au poignet gauche ou droit. Il faut donc s’en remettre à son instinct pour être le ou la plus à l’aise possible avec son propre bracelet, qui, s’il est choyé, restera à nos côtés pour la vie.